Le frelon oriental

Publié le par Marie-Claire RAVE


Pour jouer à se faire peur...
Vous avez aimé le frelon asiatique ? Vous allez adorer le frelon oriental !
Plus invasif, prédateur plus redoutable pour les abeilles, et se reproduisant à grande vitesse.
Photo Alain Coache

Découverte des premiers frelons orientaux en France
Ils ont été découverts pour la première fois en France métropolitaine, à Marseille, par trois chercheurs du laboratoire d'entomologie aixois Ecotonia. C'est par hasard, le 22 septembre 2021, en prospectant le site d'une ancienne usine de sucre, abandonnée depuis des années, que les scientifiques ont rencontré une trentaine de frelons orientaux (Vespa orientalis Linnaeus), butinant sur des fleurs de roquette sauvage. Ils étaient en compagnie de frelons européens (Vespa crabro) et de frelons asiatiques (Vespa velutina nigrithorax). L'opération répétée le 29 septembre a permis de découvrir une vingtaine de nouveaux individus qui butinaient sur des fleurs de lierre.

Son aire naturelle s'étend depuis les Balkans, la mer Egée, la Turquie, Chypre, l'Italie du Sud, Malte, ainsi que le nord-est de l'Afrique et de Moyen-Orient, jusqu'au Pakistan. 
Il a été signalé dans le sud de l'Espagne depuis 2012 et en Italie du Nord depuis 2018, et en Roumanie depuis 2019.
Selon les chercheurs, il est probablement arrivé par bateau, le site industriel où il a repéré étant relié au port de Marseille par le ruisseau des Aygalades.

Pour le reconnaître
Le frelon oriental se caractérise par sa couleur presque entièrement brun-rouge, avec seulement une tache jaune sur la face et deux segments de l'abdomen jaunes. On ne peut pas le confondre avec le frelon européen, grosse guêpe rousse et jaune, ni avec le frelon asiatique, presque entièrement noir, avec uniquement la face, un segment de l'abdomen et l'extrémité des pattes jaunes. A l'oeil nu, il semble ne pas avoir de poils.
 

undefined
Ouvrière de frelon oriental

Un danger pour les abeilles
L'espèce est à surveiller de près, car compte tenu du nombre d'individus, on peut penser qu'au moins un nid a été construit à Marseille en 2020. Le plus urgent est de prospecter tous les quartiers de Marseille et les villes voisines, car le frelon oriental est un redoutable prédateur d'abeilles domestiques. 
Gérard Filippi, le fondateur du laboratoire Ecotonia, interviewé par France 3, explique que "cette espèce a une capacité d'expansion très très rapide. Aujourd'hui, il est difficile, voire inutile de lutter contre les essaims, ils se multiplient trop vite. Le challenge, c'est de trouver le nid pour le détruire le plus rapidement possible."

Et pour les humains ?
Les frelons orientaux n'attaquent que s'ils sont dérangés. La piqûre est très douloureuse, comme celle des autres frelons et des guêpes, mais elle n'est dangereuse (voire mortelle) qu'en cas de réaction allergique. Il peut piquer plusieurs fois, comme la guêpe, du fait qu'il ne laisse pas son dard dans la peau de sa victime. 
Lorsqu'on se sait allergique aux hyménoptères, ou si on présente le moindre oedème, ou si on est piqué dans la bouche ou dans la gorge, il faut appeler les secours immédiatement.
Pour vivre avec,
- ne pas le déranger,
- être vigilant en cas de piqûre ou d'allergie connue,
- faire détruire les nids situés sur la maison ou dans les passages fréquentés.

Sciences participatives
Pour participer au repérage de ces frelons, l'INPN (Inventaire national du patrimoine naturel) vous propose de lui signaler les individus que vous découvrirez en utilisant l'application INPN Espèces ou, temporairement, le formulaire de signalement du frelon asiatique. Une procédure un peu inhabituelle est appliquée car l'espèce n'y est pas encore répertoriée.
 

Sources, informations complémentaires
L'article publié par les trois scientifiques ayant découvert le frelon oriental à Marseille : Présence en France métropolitaine d'un frelon allochtone : Vespa orientalis Linnaeus, Bruno Gereys, Alain Coache et Gérard Filippi, octobre 2021, Faunitaxys, 9(32):1-5 (fichier PDF à télécharger librement).
Pour signaler un frelon oriental, la fiche de l'INPN (en fin de page)
Voir aussi Frelon européen et frelon asiatique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article