Tournesol : évitez les excès !

Publié le par Marie-Claire RAVE

Verdier d'Europe

Verdier d'Europe

C'est bientôt le moment de semer le tournesol, quand la terre sera réchauffée. Or un article récent du Journal of Avian Biology (février 2019) nous alerte sur les conséquences du tournesol consommé en excès par les oiseaux, notamment les verdiers d'Europe. 
Aussi je mets à jour mon article du 8 septembre 2018 en y intégrant ces  nouvelles connaissances.

Gros-bec casse-noyaux et mésange charbonnière décortiquant des graines de tournesolGros-bec casse-noyaux et mésange charbonnière décortiquant des graines de tournesol

Gros-bec casse-noyaux et mésange charbonnière décortiquant des graines de tournesol

Les graines de tournesol sont particulièrement riches en acide linoléique, un acide gras polyinsaturé oméga-6, qui est une molécule très oxydable. Consommé en trop grande quantité, l'acide linoléique augmenterait la sensibilité de l'organisme à l'oxydation. Des biologistes norvégiens ont comparé le taux d'acide linoléique dans le sang de verdiers d'Europe et de gros-bec casse-noyaux dans deux régions différentes : l'une en Norvège où les oiseaux sont régulièrement nourris de tournesol, l'autre dans une région rurale de la République tchèque où ils sont rarement nourris. 
Parallèlement ils ont étudié l'incidence de l'acide linoléique et dix autres acide gras sur la qualité des spermatozoïdes des oiseaux.
L'étude conclut que la consommation excessive de tournesol augmente le taux d'acide linoléique dans le sang des gros-bec et surtout des verdiers, ce qui pourrait avoir une incidence négative sur leur reproduction.

Sources, informations complémentaires
Journal of Avian Biology de février 2019

Publié dans Oiseaux, Plantations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article