Le fusain d'Europe

Publié le par Marie-Claire RAVE

Une manne pour la faune, et de surcroît un arbuste très rustique et décoratif en toutes saisons, c'est le fusain d'Europe (Euonymus europaeus).

Où et comment le cultiver ?
. On peut le planter à peu près partout en France sauf sur le pourtour méditerranéen, en terre bien drainée mais fraîche, surtout en été, car il craint la sécheresse.
. Il apprécie les sols neutres à légèrement calcaires.
. Il aime le soleil ou la mi-ombre.
. Il pousse spontanément dans les haies, où il apporte de la couleur ; il est très beau cultivé en isolé ; en bosquets de cinq pieds il est particulièrement spectaculaire.
. Il est facile à multiplier par bouture ou marcotte. En cueillant quelques fruits dans les haies, il est possible de faire des semis. On laisse sécher les fruits pour récupérer les graines, qu'on stratifie au réfrigérateur à 3 à 5° pendant deux ou trois mois et on les sème au printemps. Les petits plants obtenus seront bons à repiquer en juin. 
Sa croissance est plutôt lente.

Une palette extraordinaire
Seul le bleu lui résiste, toutes les autres couleurs s'affichent sur le fusain d'Europe. 
Son feuillage est vert bleuté, et dès mars-avril apparaissent de minuscules fleurs très discrètes blanches à reflets jaunes et verts, regroupées en cymes, c'est-à-dire en petits bouquets. Puis apparaissent des capsules vert tilleul, le fruit encore fermé. Leur forme a donné au fusain son nom vernaculaire de "bonnet d'évêque" ou "bonnet carré". On l'appelle aussi "bois carré" pour ses jeunes branches quadrangulaires.
A la fin de l'été, les capsules vertes deviennent rose fuschia et s'ouvrent pour laisser paraître des petites arilles (les enveloppes charnues des graines) orange vif.
Dès que les jours raccourcissent et que  le froid se fait sentir, il flamboie, ses feuilles vertes virent au rouge, au rose indien et au pourpre. Après la chute des feuilles, ses fruits fuschia et orange persistent jusqu'en début d'hiver. En plein hiver reste la ramure, plutôt irrégulière mais facile à ordonner  par une taille légère.
Même l'écorce, lisse et grise sur les jeunes branches, rosit avec l'âge tout en se fissurant.

Son seul défaut : sa toxicité pour l'homme
Le seul défaut de cet arbuste est que toutes ses parties sont toxiques pour l'homme et les animaux domestiques... Il faut en tenir compte dans l'organisation du jardin : le placer dans un endroit inaccessible aux enfants, chiens et chats, le rendre inaccessible grâce à des plantes épineuses, ou le protéger par une barrière grillagée.

Une aubaine pour les oiseaux et les insectes
... qui s'en nourrissent successivement saison après saison.
. Ses fruits, présents en début d'hiver, sont très appréciés des oiseaux, notamment les merles, grives, mésanges, rouges-gorges, tarins des aulnes, pigeons ramiers, pinsons du Nord, étourneaux.
. Ses fleurs attirent les abeilles et les autres insectes pollinisateurs.
. Il peut être l'hôte non exclusif du puceron noir de la fève (Aphis fabae), ce qui permet de créer un système de régulation naturelle du puceron : en fin d'automne, les pucerons viennent y déposer leurs oeufs, de là naîtront les fondatrices de l'année suivante, qui migreront vers diverses espèces de fabacées, la famille des fèves, pour s'y nourrir. Au printemps, les premières colonies de syrphes, leur prédateur, viennent s'en nourrir et se développent tranquillement en attendant les futures invasions de pucerons. Les syrphes deviennent ainsi l'auxiliaire du jardinier.
. La chenille de la phalène du fusain (Ligdia adustata) se nourrit aussi de son feuillage.

La plante-hôte de l'yponomeute du fusain
Un insecte est particulièrement inféodé au fusain. Car sa toxicité lui donne une bonne résistance aux insectes phytophages, SAUF... aux chenilles des yponomeutes, des petits papillons de nuit blancs à points noirs. Il en existe trois espèces, le grand yponomeute du fusain (Yponomeuta cagnagella), le plus courant, et deux autres plus rares, le petit yponomeute du fusain ou yponomeute plombée* (Yponomeuta plumbella) et Yponomeuta irrorella.
Ce sont des chenilles fileuses qui dévorent le feuillage du fusain et l'enveloppent de leur toile, et qui sont pourtant sans danger pour l'arbuste, car il refait aussitôt un second feuillage. Pour les gérer, voir l'yponomeute du fusain.
* Je note que selon les sources, yponomeute est tantôt masculin tantôt féminin.

Accessoirement pour les humains
Si vous disposez de beaucoup de temps, vous pouvez fabriquer vos fusains à dessiner, en faisant brûler des branches à l'étouffée, afin d'obtenir une combustion très lente, comme vous le pratiquez pour le charbon de bois.

Le fusain d'EuropeLe fusain d'EuropeLe fusain d'Europe

Informations complémentaires
Le vrai bonnet d'évêque : la barrette >>>
Voir aussi L'yponomeute du fusain

Retour à Arbres et arbustes

Publié dans Oiseaux, Papillons, Plantations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article