Des idées de gîte à hérisson

Publié le par Marie-Claire RAVE

Des idées de gîte à hérisson

Le hérisson hiberne. Voici quelques idées pour réaliser un ou plusieurs gîtes à peu de frais dans votre jardin. Ce sera pour cet hiver ou l'hiver prochain. Ne vous étonnez pas s'il ne s'installe pas tout de suite, ou s'il s'installe à côté dans un coin qui lui plaît, il faut qu'il s'habitue à ces nouvelles maisons dans son paysage. Et quand il aura investi les lieux, ne le dérangez pas, il serait condamné !
C'est un animal protégé par la Convention de Berne : il est donc interdit de détenir un hérisson. Concrètement, cela signifie qu'il doit être libre de sortir et de circuler hors de chez vous.

N'hésitez pas à imaginer votre propre gîte à partir de matériaux de récupération non traités ni peints ni vernis, à condition des respecter quelques grands principes :
1. Les dimensions intérieures idéales de la chambre pour une femelle avec ses petits sont :
- pour un gîte de type igloo, de 40-45 cm de diamètre et de 20-25 cm de hauteur,
- pour un gite de type boîte, 40-50 cm de longueur, 30-40 cm de largeur et 25-30 cm de hauteur,
ceci sans compter l'entrée anti-prédateur.
2. Prévoir un système anti prédateur simple, soit un tunnel d'entrée, soit une chicane à l'avant ou sur le côté, pour empêcher les chiens, les chats ou les renards d'entrer ou de passer la patte. L'entrée pour le hérisson, ronde ou carrée, doit mesurer 12 cm de diamètre ou de côté. Vous devrez veiller aussi à ce que le gîte ne puisse pas être soulevé ou renversé.
3. La chambre doit être à l'abri du vent et de la pluie. 
4. Elle doit également être isolée de l'humidité du sol.
5. L'entrée sera orientée au sud-est
6. Ne garnissez pas l'intérieur du gîte, le hérisson choisira lui-même les matériaux qui lui conviennent (à la rigueur un peu de paille propre et sans mélange, si votre environnement est pauvre en matériaux).

Pour ceux qui ont un talent de menuisier
Le meilleur plan est celui du Hameau des Hérissons. Il est très sécurisé mais un peu compliqué à réaliser pour un débutant en menuiserie. On peut toutefois y intégrer des éléments tout prêts (une caisse par exemple). 

Infographie M.A. Guichard pour Le Hameau des hérissons

Infographie M.A. Guichard pour Le Hameau des hérissons

Si vous entreposez du bois de chauffage
A condition que votre réserve de bois soit empilée dans les règles de l'art, donc sans aucun risque d'éboulement, vous pouvez aménager un vide aux dimensions indiquées au § 1.
1. Avant d'entasser le bois, on commence par délimiter au sol l'espace qui sera réservé au gîte et on pose tout de suite les briques ou la dalle qui protègeront la niche de l'humidité. Quand les murs seront montés il sera trop tard !
2. Quatre piquets de 45 cm, enterrés de 15 cm, maintiendront le bûches sur les côtés, deux autres le mur du fond (sauf si le tas de bois est accolé à un mur) et trois pour la façade. Pour un tas destiné à rester un an ou deux, des piquets de bois suffiront. Au-delà de deux ans, mieux vaut prévoir des piquets métalliques.
Outre l'espace prévu pour la chambre, il faut réserver un espace pour la chicane afin d'empêcher les prédateurs de passer la patte et la pluie d'entrer.
3. Puis on empile le bois progressivement sur les 4 côtés jusqu'au niveau du toit, en ajustant l'entrée à 12 cm.
4. Ensuite seulement on bâtit le toit. Les bûches du toit doivent être beaucoup plus longues que le gîte (ici 1,20 m pour un vide de 70 cm environ). Les réserves de bois sont en principe couvertes, si ce n'est pas le cas couvrir au moins la partie qui surplombe le gîte.
Les dimensions sont indicatives, vous les adapterez aux dimensions de vos bûches. Dans mon exemple la chaudière à bois exige des bûches de 60 cm, et je dispose pour le sol de dalles gravillonnées de 50 x 50 cm.

Délimiter le gîte, monter les côtés, couper des bûches longues pour le toitDélimiter le gîte, monter les côtés, couper des bûches longues pour le toitDélimiter le gîte, monter les côtés, couper des bûches longues pour le toit

Délimiter le gîte, monter les côtés, couper des bûches longues pour le toit

Monter le mur avant, ajuster l'entrée et installer les longues bûches du toit, combler les intersticesMonter le mur avant, ajuster l'entrée et installer les longues bûches du toit, combler les intersticesMonter le mur avant, ajuster l'entrée et installer les longues bûches du toit, combler les interstices

Monter le mur avant, ajuster l'entrée et installer les longues bûches du toit, combler les interstices

Un tas de bois dédié
Faute de réserve de bois, quelques bûches récupérées et un peu de déchets de taille d'arbustes peuvent faire l'affaire. 
C'est une variante du gîte précédent.

abri à hérisson gîte niche

1. Délimiter le gîte de la même façon et, si le sol n'est pas drainant ou au sec, le garnir de briques, de planchettes ou d'une dalle au moins sur la surface de la niche pour la préserver de l'humidité.
2. Planter des piquets de 45 cm enterrés de 15 cm selon le plan.
3. Empiler le bois selon le plan, jusqu'au niveau du toit, bien ajuster l'entrée à 12 cm.
4. Installer perpendiculairement le bûches du toit (1,10 m environ) et les bloquer par quelques bûches. Placer une bâche entre les bûches en ménageant une double pente pour que l'eau s'écoule facilement.
5. Combler le haut de l'entrée en fixant un fagot, et poser devant l'entrée une bûche, une planchette ou un parpaing pour former une chicane coupe-vent et anti-prédateurs.
Si vous n'avez pas le choix de la dimension des bûches, modifiez légèrement les dimensions indicatives du plan. Contre un bâtiment, on peut se passer du mur du fond. Dans un angle de mur, on peut se passer d'un côté. Sous un appentis bien au sec, on peut se passer des matériaux isolants du sol et de la bâche.

Et pour les paresseux ou les jardiniers pressés, le gîte de la boutique LPO

C'est une structure tissée de fil d'acier traité antirouille sur laquelle sont fixés des branchages naturels. L'intérieur du dôme est recouvert d'une bâche d'étanchéité. Remarquez le tunnel d'accès. A fixer solidement au sol afin que les prédateurs ne puissent pas le renverser. 32 € au catalogue 2019-2020. Photo LPO.


             Il ne faut pas réveiller un hérisson qui dort... pourquoi ?
Le hérisson hiberne quand ses sources de nourriture se raréfient. Pour cela il construit un nid dans une cavité : tronc d'arbre creux, dépression du sol protégée par des végétaux... A défaut il peut creuser un terrier. Il isole ce gîte avec des feuilles mortes et autres débris végétaux, qu'il sait tasser pour bien l'isoler.
Pendant l'hibernation, il alterne périodes de sommeil et période de réveil. En effet, pendant son sommeil sa température peut baisser de 20°, il vit alors au ralenti en consommant sa réserve de graisse. Or, du fait des faibles échanges gazeux au niveau des poumons, son sang s'acidifie et il est obligé de se réveiller pour éliminer cet excès d'acidité en urinant. Mais le fait de se réveiller lui fait consommer des réserves, ce qui le pousse à rechercher de la nourriture, ce qui le met en danger.
Si on le dérange inutilement, il se réveille et on lui fait courir encore plus de risques d'épuiser ses réserves. On le met donc en danger de mort.

 

Sources, informations complémentaires
Mes articles Hérissons, soins d'urgence, à lire pour ne pas être pris au dépourvu en cas d'urgence, et Hérissons, les protéger et éviter les pièges, pour parcourir son jardin à quatre pattes, à hauteur de truffe, et repérer les dangers.
Le site du Sanctuaire des hérissons
La page Facebook du Sanctuaire des hérissons
Le site du Hameau des hérissons
Le gîte de la boutique LPO

Retour à Abris et nichoirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article