Aménager son balcon ou sa terrasse pour les oiseaux

Publié le par Marie-Claire RAVE

La végétation permet aux oiseaux de repérer votre balcon

La végétation permet aux oiseaux de repérer votre balcon

Un balcon végétalisé et ensoleillé une grande partie de la journée peut facilement accueillir des oiseaux.
Les conseils des autres articles de ce blog s'appliquent aux terrasses et balcons, avec quelques adaptations liées à l'environnement urbain, au manque de place, aux espèces présentes en ville, aux vitrages et au voisinage.

Nichoirs, mangeoires et dortoirs
Les oiseaux surmontent leur peur des humains surtout en hiver, affamés qu'ils sont, lorsqu'ils étendent leur zone de chasse à la recherche de nourriture. Le premier aménagement est donc d'organiser des mangeoires l'hiver et de la végétation. Ensuite, quand ils auront repéré votre balcon, vous pourrez installer des nichoirs qui leur permettront de pondre et couver, ou de simples dortoirs où ils s'abriteront l'hiver. Il n'est pas rare d'attendre une année pour que les nichoirs soient occupés.

Des arbustes persistants comme refuge
Les oiseaux surpris, effrayés ou menacés par un prédateur ont besoin d'un refuge à proximité immédiate, et ceci toute l'année. La meilleure plante dans ce cas est un arbuste persistant très dense. A défaut de persistant, un arbuste à feuillage caduc à la ramure fournie peut faire l'affaire.
- Persistants : conifère nain, houx (pas en plein passage, ça pique) apprécié des oiseaux pour ses baies, laurier nain "Otto Luyken", laurier-tin apprécié pour ses fleurs précoces et ses fruits en hiver…
- Caducs : diverses variétés de spirée, Cornus mas taillé court, tous les arbustes nanifiés, qui ont été créés par les producteurs pour la clientèle urbaine (tous les noms d'arbustes se terminant par "nana").
Bien sûr, il faut leur consacrer un peu de place, 1/2 m² environ par arbuste.
Tenir compte de la résistance au froid : même si les arbustes sont dits "rustiques", ils supportent le gel dans la nature car leurs racines sont profondes ; en pot la terre se refroidit plus vite et il faut les protéger l'hiver en les emmaillotant dans un matériau perméable à l'air.

Des plantes à graines et des plantes à insectes
Les oiseaux d'Europe sont principalement granivores ou insectivores, quitte à changer d'alimentation en cas de disette. Mieux que les traditionnelles potées de géraniums ou de surfinias, les plantes locales à graines ou mellifères leur conviennent parfaitement, y compris les "mauvaises herbes". Une précaution : les citadins ayant quelquefois une peur panique des insectes piqueurs, mieux vaut rester prudent en ville quant aux plantes mellifères.
Avant de vous déterminer, vérifiez si la plante qui vous plaît est adaptée à l'exposition de votre balcon.
- En plein soleil : lavande, graminées, scabieuse, zinnia, sedum...
- A mi-ombre : fougère, sceau de Salomon, hosta...
Une solution pratique consiste à semer au printemps un mélange "spécial oiseaux du ciel" ou "spécial insectes" proposé en jardinerie, prévu pour offrir des floraisons successives couvrant toute la saison. Leur inconvénient est d'être un peu trop standard et pas très adaptés à chaque région, ce qui est partiellement compensé par une grande variété de graines. Si certaines ne poussent pas, il en reste toujours.

Des grimpantes à petit développement
La spécificité des terrasses et balcons est le manque de place. Les grimpantes sont adaptées à cette situation, à condition de choisir des variétés à petit développement (la clématite, au soleil), ou des variétés à grand développement capables de réduire leur pousse dans un petit contenant (le lierre, à mi-ombre). L'hortensia grimpant et la glycine par exemple sont trop vigoureux pour s'adapter à une potée.

De l'eau pour boire et se baigner
Le chapitre "Soif !" vous donne les précautions à prendre pour gérer l'eau au jardin en évitant l'eau stagnante, la propagation des maladies... S'y ajoute sur un balcon la contrainte de ne pas faire déborder les abreuvoirs et bains d'oiseau sur le voisin du dessous et de transporter l'eau à travers l'appartement. Une réserve d'eau à demeure sur la terrasse, bien fermée avec un robinet, éventuellement goutte-à-goutte, permet de renouveler facilement chaque jour.

Le danger des vitrages
Les oiseaux ne perçoivent pas les vitrages car ils n'ont pas de vision stroboscopique. Soit ils voient l'intérieur de la pièce sans comprendre qu'ils en sont séparés par une vitre, soit ils voient le reflet de l'extérieur, ciel ou arbres. Les articles "Ceci n'est pas une encre de Chine" et "Fenêtres et baies vitrées, un danger pour les oiseaux" vous donnent des solutions applicables en ville. Le plus simple dans un immeuble est un voilage clair qui résout les deux problèmes : suppression de la vision de l'intérieur de l'appartement et forte atténuation des reflets.

Mangeoire à ventouses

Le vent, le risque de chute
Vous pouvez consulter l'article "Nourriture zéro-déchet pour oiseaux acrobates" et le chapitre "Abris et nichoirs", mais comment fixer tout cela alors que le haut des immeubles est beaucoup plus venté que le sol, que des passants se trouvent au-dessous, et que votre bail ou votre règlement de copropriété interdit de percer des trous sur l'extérieur du bâtiment ?
Voici une sélection de produits conçus pour les fenêtres et balcons, ou bien des solutions maison. Malheureusement, certaines sont en plastique ou autres matériaux de synthèse, en attendant mieux.
- Mangeoires ventouses très légères à fixer sur les vitres
- Fixation des nichoirs sur les rembardes ou garde-corps (vers l'intérieur, trou d'envol vers l'extérieur)
- ou sur un treillage classique ou contemporain bloqué en force du sol au plafond par de petits vérins
- ou sur un treillage bloqué par une jardinière.
Photo catalogue LPO

Pas de chat ! Et attention aux éperviers
Si vous avez la chance de disposer d'une grande terrasse, quelques solutions pour faire cohabiter les chats et les oiseaux peuvent être reprises de l'article "Chats et oiseaux", qui est prévu pour un jardin. Sur une toute petite surface, c'est compliqué d'exclure complètement son chat ! C'est pourtant la seule solution dans les périodes critiques : nourriture donnée l'hiver par l'homme, nourrissage des petits par les oiseaux adultes au printemps.  
Le principal prédateur "naturel" des passereaux est l'épervier, qui niche volontiers en ville. Il suffit bien souvent de lui compliquer la vie en lui opposant des obstacles, treillages, branches, éléments de décor contemporains. 

Les voisins !
Les oiseaux, c'est magnifique ! Mais ça piaille et ça produit des saletés ! Pensez à la tranquillité de vos voisins, adaptez la nourriture et les divers aménagements. Avant tout, vous devez consulter votre bail si vous êtes locataire ou votre règlement de copropriété si vous êtes propriétaire.
- Evitez d'attirer les pigeons, qui sont loin d'être en voie de disparition et sont mal perçus du fait de leur fientes. Préférez les mangeoires silos pour les oiseaux acrobates (mésanges) et, pour les autres (verdiers, pinsons, rouges-gorges) de petites mangeoires plateaux difficiles d'accès aux gros oiseaux, par exemple sous des "bulles" ou des mini-kiosques à grosses mailles. Les passereaux entreront, pas les pigeons.
- Préférez les graines de tournesol décortiquées pour éviter les déchets.
- Gérez les fientes et les graines tombées, par exemple en plaçant vos plateaux au-dessus de vos jardinières ou de tapis, de bacs, de cartons dissimulés entre les pots de plantes, etc.
- Empêcher les oiseaux de se poser juste au bord du balcon, en utilisant le système classique des pics anti-pigeons ou tout autre moyen adapté à votre situation.

Nourriture et voisinage : la législation
Ce sont les règlements sanitaires départementaux qui déterminent vos droits et devoirs en matière de nourriture des animaux sauvages. Le Ministère de la santé a établi un règlement sanitaire  type qui inspire la plupart des préfets :
"Article 120. - Jets de nourriture aux animaux. Protection contre les animaux errants, sauvages ou redevenus tels.
Il est interdit de jeter ou déposer des graines ou nourriture en tous lieux publics pour y attirer les animaux errants, sauvages ou redevenus tels, notamment les chats ou les pigeons ; la même interdiction est applicable aux voies privées, cours ou autres parties d'un immeuble lorsque cette pratique risque de constituer une gêne pour le voisinage ou d'attirer les rongeurs.
Toutes mesures doivent être prises si la pullulation des ces animaux est susceptible de causer une nuisance ou un risque de contamination de l'homme par une maladie transmissible."

Où positionner mangeoires, nichoirs et bains sur des balcons déjà végétalisés ? Quatre exemples.

Balcon classique visiblement en plein soleil (rosier, glycine). Veiller à ombrer le nichoir grâce aux plantes

Balcon classique visiblement en plein soleil (rosier, glycine). Veiller à ombrer le nichoir grâce aux plantes

Balcon par hypothèse au sud, placer le nichoir sur le mur est ou sud à l'ombre légère des bambous, le trou d'envol à l'abri des vents dominants.

Balcon par hypothèse au sud, placer le nichoir sur le mur est ou sud à l'ombre légère des bambous, le trou d'envol à l'abri des vents dominants.

Fixer le nichoir à l'étagère et fixer solidement l'étagère au mur, on n'a pas droit à la chute. Placer le trou d'envol au sud-est et ombrer par quelques plantes. Le garde-corps transparent est aussi dangereux qu'une fenêtre, densifier les plantes.

Fixer le nichoir à l'étagère et fixer solidement l'étagère au mur, on n'a pas droit à la chute. Placer le trou d'envol au sud-est et ombrer par quelques plantes. Le garde-corps transparent est aussi dangereux qu'une fenêtre, densifier les plantes.

Terrasse en tenue d'été. Orienter le nichoir au sud-est, prévoir un tapis qui ne craint pas l'eau sous le bain.

Terrasse en tenue d'été. Orienter le nichoir au sud-est, prévoir un tapis qui ne craint pas l'eau sous le bain.

Sources, informations complémentaires
Les photos servant d'exemple sont empruntées à journaldesfemmes.com
La boutique de la LPO, section Jardins d'oiseaux
Si vous êtes propriétaire et que vous envisagez une rénovation de vos fenêtres, sachez qu'il existe des "vitrages bird-friendly" :
Ornilux, avec des trames intégrées visibles par les oiseaux et non par les humains, Glastroesch et Saint-Gobain, à motifs personnalisés par impression digitale.

Retour à Abris et nichoirs

Créé le 28 avril 2019
Mis à jour le 1er janvier 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

singeintelligent 29/04/2019 09:14

J'ai une grande terrasse sur le toit du 4ème étage d'un immeuble contigu, en banlieue parisienne, en face d'un grand parc, avec un peu de terre, des arbustes et beaucoup de plantes. J'ai deux boules en verre de 20 cm de diamètre avec deux orifices face à face, dans un if et dans un cotonaster. J'y mets des graines surtout du tournesol. De nombreux oiseaux y viennent : mésanges, verdiers, pinsons rouges queues... Des merles et deux rouge-gorges, mais qui manet plutôt des baies ou des insectes. C'est un va et vient incessant toute la journée que l'on observe de notre porte-fenêtre. Par contre j'avais il y a 10 ans, beaucoup de moineaux et de très petits oiseaux genre troglodytes, mais ils ont peu à peu disparu.

Marie-Claire RAVE 29/04/2019 10:20

Bravo ! J'ai un peu fait cet article pour vous, suite à votre commentaire du 19 avril, j'espère qu'il vous sera utile.