Yann Arthus Bertrand illustre l'encyclique "Laudato si' "

Publié le par Marie-Claire RAVE

Image France Inter

Image France Inter

"Je ne suis pas croyant, nous dit Yann Arthus Bertrand, mais je reconnais que le texte du pape est révolutionnaire".
Photographe, journaliste et documentariste engagé pour la préservation de la biodiversité, YAB illustre l'encyclique de 2015 Laudato si' (Loué sois-tu) dans une édition prévue pour le 15 novembre 2018
Quelles que soient vos convictions, il est important de connaître la position du pape sur l'écologie. Or celle du pape François, dont je vous ai parlé dans un petit article début 2017, est bien plus avancée que celle des dirigeants en place partout dans le monde.
Résumé de l'interview de YAB à France Inter ce matin.

La révolution écologiste sera spirituelle ou ne sera pas
A l'origine de cette collaboration éditoriale, était le souhait de YAB d'apporter sa contribution au financement d'une école pour handicapés et autistes, la Case Dominique à Brazzaville au Congo. Tous les bénéfices iront à cette institution, le pape François ayant donné ses droits d'auteur. 
Sur le fond, YAB, "écolo un peu perdu" et non croyant, se retrouve dans le langage du pape,  qui décrit l'écologie ambiante comme superficielle et joyeusement irresponsable, prétendant faire ce qu'il faut alors que rien ne bouge.
La révolution écologique ne sera pas politique.
Devant la sixième extinction de masse, devant le cri d’alarme de 15 000  scientifiques du monde entier sur l'état de la planète, devant le changement climatique, les politiques continuent à avoir la religion de la croissance. Un exemple : lors de la COP 21, le mot "énergie fossile" a été rayé de l'accord, faute de quoi les pays producteurs de pétrole ne signaient pas. Les politiques font leur travail comme ils peuvent, mais ils sont obnubilés par la croissance, l'emploi, la tactique électoraliste.
La révolution écologiste ne sera pas scientifique.
On ne pourra pas remplacer les 95 millions de barils de pétrole que l'on consomme tous les jours par des panneaux solaires et des éoliennes.
Ce sont les hommes qui doivent changer !
 

Nicolas Hulot et les lobbies
Interrogé sur la démission de Nicolas Hulot, YAB affirme que "c'était le meilleur d'entre nous", et que l'attente de millions de personnes était extrêmement forte. Il n'a peut-être pas assez demandé d'aide, il s'est peut-être aperçu qu'il avait des limites. Mais YAB ne croit pas aux lobbies. "Personne ne m'oblige à mettre de l'essence dans ma voiture, à prendre un fusil… On est tous accro à la croissance. Il n'y a pas d'un côté les vilains capitalistes et de l'autre les gentils écologistes."
Si 30 % des oiseaux  et 80 % des insectes ont disparu, si 35 % du territoire français est aspergé de pesticides, c'est sous la pression non pas des lobbies mais des agriculteurs, qu'il faut par ailleurs aider car ils sont en grande difficulté.

L'écologie et l'Eglise
Amené par une journaliste sur le terrain du manque de soutien de l'Eglise à son combat, YAB avoue qu'il n'avait pas pensé à chercher des appuis de ce côté-là. Nicolas Hulot en revanche a joué un rôle fondateur dans cette encyclique. Alors que tous les grands leaders spirituels n'ont pas assez parlé des enjeux de l'écologie, il félicite le pape de l'avoir fait, beaucoup plus que Paul VI devant la FAO.  François est le premier à en parler de façon si claire et si généreuse. Les photos de YAB vues du ciel tenteront d'apporter un peu de poésie et la beauté du monde à ce texte qu'il trouve assez ardu. Certaines reflètent la dureté du monde, par exemple les photos prises à Mossoul en avril 2018, au moment même où la France, pays des Droits de l'Homme, est le troisième vendeur d'armes au monde.

365 Jours pour la Terre par Yann Arthus Bertrand, 2001

365 Jours pour la Terre par Yann Arthus Bertrand, 2001

L'histoire personnelle de Yann Arthus Bertrand et la religion
YAB n'est pas croyant. Elevé dans une famille très religieuse, il a eu une période scolaire quelque peu compliquée, difficile, il a été "un peu tripoté par un curé, enfin pas plus que ça", et a presque conservé un dégoût de tout ce qu'il a vécu pendant cette période. 
Et pourtant son admiration va à des personnes altruistes, comme cette religieuse qu'il a connue dans une léproserie à l'ancienne, où on jetait la nourriture par-dessus les  murs pour éviter tout contact avec les lépreux. Elle resplendissait dans son action. Ou bien sa grand-mère qui supportait bien sa maison de retraite en pensant aux autres tout simplement.
En réalisant un film documentaire sur les femmes qui sortira un peu après le festival de Cannes, sa vision a évolué. Après trois mille interviews de femmes, il se rend compte qu'il était un photographe ambitieux centré sur lui-même, et que maintenant c'est le moment de changer. 
Il conclut de cette expérience cinématographique que la place des femmes dans un pays est un indicateur de la bonne santé de ce pays. Et d'ailleurs, remarque-t-il, les grandes héroïnes de l'environnement sont des femmes : Dian Fossey, Jane Goodall, Vandana Shiva…
 

Sources, informations complémentaires
L'émission de France Inter dans la longueur (18 minutes)
L'encyclique Laudato si', Sur la Sauvegarde de la maison commune, Pape François, éditions du Cerf, 2015
365 jours pour la Terre, photos de Yann Arthus Bertrand et textes sous la direction d'Hervé Le Bras, éditions La Martinière, 2001

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article