Artificialisation des terres : plus qu’une semaine pour donner votre avis !

Publié le par Marie-Claire RAVE

Chouette chevêche qui a élu domicile dans une carrière (Photo CynthiaM Objectif Nature)

Chouette chevêche qui a élu domicile dans une carrière (Photo CynthiaM Objectif Nature)

Je vous parlais le 25 août dernier d'un projet de textes passé inaperçu car son importance n'est pas perceptible au premier coup d'œil. Avec ces textes (deux décrets d'application de la loi Grenelle 2 pour l'environnement), il sera possible de s'opposer à un projet immobilier ou autre, et ceci même s'il ne concerne pas un milieu naturel comme une carrière, et même si des espèces protégées ne sont pas en jeu. Il faudra tout de même constituer un dossier sérieux, et la décision finale sera prise par le préfet.
Depuis la démission de Nicolas Hulot, on se rend compte du chemin parcouru discrètement. Ce projet fait l'objet d'une consultation publique : n'oubliez pas de donner votre avis, c'est aussi un moyen pour les opposants à l'artificialisation des terres (centres commerciaux, parcs d'attraction, parkings géants…) de se compter, et à un ministère sans grand pouvoir de compter ses soutiens.

Le lien vers la consultation publique pour déposer votre avis.

Si vous êtes en panne d'inspiration, rappel de l'avis que j'ai déposé, pas de droits d'auteur !
"Pour la protection de la biodiversité sur tout le territoire
A l'heure où les espèces animales s'effondrent d'une manière vertigineuse du fait des pesticides et de la destruction de leurs habitats, il est essentiel de préserver les sites favorables à toutes les espèces, protégées ou non, que l'habitat soit naturel ou artificiel. Plus aucun gouvernement ne peut ignorer sa responsabilité dans la protection de la biodiversité alors que quinze mille scientifiques nous ont alertés sur l'état alarmant de la planète."

Merci à Cynthia pour sa photo. Pour voir son travail :
sa page Facebook
ses galeries photo

Publié dans Découvrir, agir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article