Voir le jardin autrement, balade au Domaine du Rayol

Publié le par Marie-Claire RAVE

Voir le jardin autrement, balade au Domaine du Rayol

Un peu paresseuse et un peu en vacances cette semaine, j’ai visité en famille un jardin extraordinaire accroché aux rochers de Rayol-Canadel-sur-Mer sur la côte varoise.
Le Conservatoire du Littoral a confié à Gilles Clément la conception d’un jardin sur un domaine abandonné depuis les années soixante, qui a miraculeusement résisté à la pression immobilière.

L'art du paysage plutôt que l'art du jardin
Le thème choisi par Gilles Clément pour redonner vie au domaine est "Voyage en Méditerranées" (au pluriel), en appliquant le principe du Jardin Planétaire. Il y invite la flore de dix régions du monde au climat méditerranéen et observe les résultats par tâtonnements.
Le résultat donne dix paysages dont les limites sont indiscernables tant les plantes se sont fondues au paysage de notre Méditerranée.

Il faut dire que les végétaux de tous ces climats ont des caractéristiques communes, car elles ont dû développer des stratégies similaires pour résister à la sécheresse et au feu, ce qui donne une certaine unité au domaine.
Ce n'est donc pas un jardin traditionnel bien léché, mais plutôt une suite de dépaysements où l'on ne décèle pas la main de l'homme. Les plantes sont laissées dans leur état originel au lieu de les conformer à la représentation que l'on s'en fait : il suffit de comparer les palmiers du domaine qui conservent leurs feuilles mortes, aux palmiers municipaux soigneusement épluchés.

Le dragonnier du Jardin des Canaries, le Callistemon du Jardin d'Australie, les fougères arborescentes du Jardin de Nouvelle-ZélandeLe dragonnier du Jardin des Canaries, le Callistemon du Jardin d'Australie, les fougères arborescentes du Jardin de Nouvelle-ZélandeLe dragonnier du Jardin des Canaries, le Callistemon du Jardin d'Australie, les fougères arborescentes du Jardin de Nouvelle-Zélande

Le dragonnier du Jardin des Canaries, le Callistemon du Jardin d'Australie, les fougères arborescentes du Jardin de Nouvelle-Zélande

La lande à puyas, les cycas et les bambous du Jardin d'Asie subtropicale
La lande à puyas, les cycas et les bambous du Jardin d'Asie subtropicaleLa lande à puyas, les cycas et les bambous du Jardin d'Asie subtropicaleLa lande à puyas, les cycas et les bambous du Jardin d'Asie subtropicale

La lande à puyas, les cycas et les bambous du Jardin d'Asie subtropicale

Les concepts construits par Gilles Clément
Le Tiers-Paysage
dont je vous parlais dans un article précédent
C'est un concept issu de ses recherches sur les "délaissés", ces espaces que l'homme n'a pas investis : espaces abandonnés comme au Rayol, réserves, milieux primaires, jamais exploités car incommodes. Ces espaces, dont le point le plus abouti est la friche, laissent une place à la biodiversité qui a été chassée partout ailleurs. Ils constituent un patrimoine pour les générations futures. Au domaine, seuls 7 hectares sur 20 sont ouverts à la visite.
Le Jardin Planétaire
Le jardin est étymologiquement un enclos. Or le monde est un village. Lorsque l'on agit sur un petit bout de la planète, notre jardin, notre action a des conséquences très loin de nous. L'humanité, qui est le jardinier de la Terre, doit prendre en compte sa finitude et la soigner car il en est responsable. Aussi le domaine est géré de façon écologique, sans produits phytosanitaires, avec une prédominance de végétation locale, une couverture du sol comme en permaculture, etc.
 

Le jardin en mouvement
Certes, de nombreuses plantes ne sont pas locales mais "invitées", l'intervention humaine est donc très forte à la mise en place. Mais dans la gestion quotidienne du domaine, le jardinier observe l'évolution des plantes et les aide à se développer plutôt que de leur imposer des limites et des formes. L'ancienne ferme par exemple a conservé un morceau de pelouse tondue et bien verte à usage convivial. En revanche, le verger retourné a l'état de friche a été transformé en prairie naturelle que le jardinier tond selon ce que lui inspirent les floraisons du moment.
Les zones définies au départ bougent au gré du développement des  plantes, le jardin des Canaries a ainsi sauté les chemins pour aller coloniser l'autre côté, et si une plante intéressante germait dans un chemin, on déplacerait le chemin plutôt que le plante !

Probablement le seul chêne-liège d'Europe qui n'a jamais été exploité !

Probablement le seul chêne-liège d'Europe qui n'a jamais été exploité !

Nos avons eu la chance de voir la floraison des puyas au Jardin du Chili d'altitude. Une fleur d'un bleu-vert brillant unique, une merveille !

Voir le jardin autrement, balade au Domaine du Rayol

Cette visite est un formidable encouragement à poursuivre mon travail sur la biodiversité dans mon jardin, avec ses friches un peu à l'écart de la maison, qui passent souvent pour des "délaissés".
... Et enfin, puisque le Domaine est géré par une association qui s'autofinance à 90 %, un peu de pub !

Voir le jardin autrement, balade au Domaine du Rayol

Sources, informations complémentaires
Le site du Domaine du Rayol
Les conférences de Gilles Clément au Collège de France
- le Jardin Planétaire
- le Jardin en Mouvement
- le Tiers-Paysage
et quelques autres...

Retour à Jardins novateurs
 

Publié dans Plantations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mamylor 21/06/2018 07:32

je connais le magnifique point de vue, il y a quelques années nous nous sommes arrêtés pour le joli panorama mais jamais visité le domaine du Rayol, merci du partage, jolie visite, belle journée

Marie-Claire RAVE 22/06/2018 07:25

Merci, n’hésitez pas à le visiter !