Une haie pour les oiseaux

Publié par Marie-Claire RAVE

Une haie pour les oiseaux

On a sacrifié les haies à la productivité, et contribué ainsi à faire chuter la population d'oiseaux. Pour retrouver un peu de biodiversité, le jardinier peut leur consacrer quelques mètres carrés.

Un modèle à géométrie variable
Au choix : 

  • pour une simple haie basse, sur 1 mètre de largeur vous pouvez utiliser le premier rang d'arbustes, ou bien, sur 2 mètres, deux rangées. La double rangée permet de ménager un espace tranquille, abrité et riche en insectes ;
  • si vous disposez de 4 ou 5 mètres, vous pouvez ajouter les arbustes du milieu ;
  • avec 8 ou 10 mètres, vous pouvez installer une végétation étagée avec de grands arbres en fond.

     

La large haie étagée est beaucoup plus riche en oiseaux que les milieux homogènes, car elle offre des niches écologiques variées. Les oiseaux grimpeurs tels que les sitelles torchepot, les grimpereaux, les pics épeiche et épeichette ont besoin de grands arbres. Les arbustes et le milieu des arbres conviennent aux mésanges par exemple.
Au sol, vous verrez les merles, la bergeronnette grise, la grive musicienne, l'étourneau sansonnet.

La haie pour manger (et boire), s'abriter et nicher
La haie idéale fournit des graines aux granivores, des insectes aux insectivores, donc des fleurs pour attirer les insectes. En période de nourrissage des petits, les deux types d'oiseaux élargissent leur palette de nourriture et utilisent indifféremment graines et insectes.
Elle contient aussi des arbustes solides et denses pour favoriser la construction de nids, et quelques persistants pour abriter les oiseaux l'hiver.
Les floraisons et fructifications doivent s'étaler sur toute la saison, voire fleurir l'hiver, comme le laurier-tin.

Pic épeiche, mésange bleue et moineau, photos Michel DeronzierPic épeiche, mésange bleue et moineau, photos Michel DeronzierPic épeiche, mésange bleue et moineau, photos Michel Deronzier

Pic épeiche, mésange bleue et moineau, photos Michel Deronzier

Repérez les arbustes à baies rouges, orange, noires ou bleues
C'est prouvé : les oiseaux savent sélectionner les fruits riches en antioxydants, ces molécules qui neutralisent les radicaux libres néfastes pour les organismes. Parmi les antioxydants, on note les flavonoïdes, qui sont des pigments jaunes, rouges, orange, bleus ou violets. Plusieurs expériences ont montré la capacité des oiseaux à repérer, par des mécanismes pas encore élucidés, les fruits les plus riches en antioxydants.
Les propriétés anti-virales, anti-inflammatoires, anti-allergiques et immuno-stimulantes des composés contenus dans ces fruits permettent aux oiseaux de mieux supporter le stress oxydatif de la migration ou, pour ceux qui restent, de mieux résister à l'hiver.
Aux espèces locales, j'ajoute des fruits rouges, tels que les groseilliers et cassissiers, à partager avec les oiseaux.

 

Groseiller, prunellier et pyracanthaGroseiller, prunellier et pyracanthaGroseiller, prunellier et pyracantha

Groseiller, prunellier et pyracantha

Sureau noir, viorne obier et sureau panachéSureau noir, viorne obier et sureau panachéSureau noir, viorne obier et sureau panaché

Sureau noir, viorne obier et sureau panaché

Des espèces locales de préférence
Les arbres ou arbustes locaux sont préférables aux variétés exotiques. Les pépiniéristes proposent rarement les espèces indigènes, mieux vaut les acheter chez un spécialiste en plants forestiers. On peut aussi bouturer...
Toutefois quelques espèces venues d'autres continents peuvent s'y ajouter, à condition qu'elles ne soient  pas invasives, car elles permettent de prolonger la disponibilité des fruits en hiver. Ainsi, vous pouvez sélectionner ce qui pousse bien dans votre région dans la liste que j'emprunte au portail de l'ornithologie, Ornithomedia.

Arbustes

Espèce

Période de fructification

Fruits

Viorne obier (Viburnum opulus)

Septembre-octobre

Baies rouges riches en antioxydants et en vitamine E

Laurier-tin (Viburnum tinus)

Hiver

Baies rouges riches en antioxydants et en vitamine E

Myrique de Pennsylvanie (Morella pensylvanica)

Automne-hiver

Baies rouges riches en antioxydants et en vitamine E

Cornouiller sanguin (Cornus sanguinea)

Juillet/août jusqu'à décembre

Baies noires très riches en anthocyanes

Aronie noire (Aronia prunifolia)

Fin de l'été et automne

Baies noires très riches en anthocyanes

Cotonéaster de Franchet (Cotoneaster franchetii)

Septembre-octobre

Baies rouges riches en antioxydants

Buisson ardent (Pyracantha sp.)

Automne-hiver

Baies rouges ou orange riches  en antioxydants

Amélanchier (Amelanchier lamarkii)

Juillet-août

Baies rouge sombre riches en anthocyanes

Épine-vinette de Thunberg (Berberis thunbergii)

De l'été à l'automne

Baies bleutées riches en anthocyanes

Mûrier noir (Morus nigra)

Fin d'été-début d'automne

Baies noires riches en anthocyanes

Vigne vierge (Parthenocissus quinquefolia)

Octobre-novembre

Baies bleu noirâtre, un peu luisantes, riches en anthocyanes

Laurier cerise (Prunus laurocerasus)

Début de l'automne

Baies noires riches en anthocyanes

Cerisier de Sainte-Lucie (Prunus mahaleb)

Automne

Baies noires riches en anthocyanes

Sureau noir (Sambucus nigra)

Fin d'été-début d'automne

Baies noires riches en antioxydants

Sureau grappes (Sambucus racemosa)

Fin d'été-début d'automne

Baies rouges riches en antioxydants

Sureau blanc (Sambucus canadensis)

Fin d'été-début d'automne

Baies noires riches en antioxydants


Arbres

Espèce

Période de fructification

Hauteur

Bouleau (Betula sp.)

Août-octobre

10-20 m

Cerisier ou merisier (Prunus sp.)

Août-octobre

10 m

Charme (Carpinus sp.)

Août-octobre

8 m

Chêne (Quercus sp.)

Septembre-novembre

15-25 m

Erable (Acer sp.)

Août-octobre

20-25 m

Frêne (Fraxinus sp.)

Septembre-novembre

15-20 m

Hêtre (Fagus sp.)

Septembre-novembre

20 m

Peuplier (Populus sp.)

Mai-juin

20-30 m

Aubépine crataegus monogyna

Ces listes ne mentionnent pas l'aubépine (Crataegus monogyna), car elle a été interdite pendant plusieurs années, suspectée de transmettre le feu bactérien. Bravant l'interdiction, les oiseaux en ont semé partout chez nous, signe que cette espèce leur convient. Dans le doute, inutile de l'introduire si elle ne pousse pas spontanément.

Sources, informations complémentaires
Pour la plantation en limite de propriété : la réglementation
Pour les techniques de plantation et d'entretien des haies, tous les éditeurs de revues de jardin ont leur numéro hors-série sur ce thème
La LPO, Ligue de Protection des Oiseaux
Ornithomedia, le web de l'ornithologie (il faut être abonné pour avoir accès aux archives)