8 février 2017 : coup d'envoi de l'initiative citoyenne pour l'interdiction du glyphosate, signez !

Publié le par Marie-Claire RAVE

Aujourd'hui une quarantaine d’ONG ont donné dans plusieurs capitales européennes, le coup d’envoi d’une initiative citoyenne pour obtenir l’interdiction du glyphosate, herbicide le plus vendu dans le monde, controversé en raison de ses possibles effets sur la santé.

Cette initiative citoyenne européenne (ICE) a été lancée simultanément à Bruxelles, Paris, Rome, Berlin et Madrid. Parmi ces organisations, on trouve eMove. EU, Greenpeace, Pesticide Action Network Europe, Health and Environment Alliance (Heal), Générations futures, le Criigen, la Confédération paysanne.

Quel est l'objectif ?

Le texte appelle à « l’interdiction du glyphosate, conformément aux dispositions européennes sur les pesticides, qui interdisent l’usage de substances cancérigènes chez l’homme ». Il demande « des changements dans les procédures européennes d’évaluation scientifique des pesticides », avec des études « commandées par les pouvoirs publics et non pas par l'industrie chimique ».

L’initiative citoyenne européenne, accessible sur les sites de ces ONG, appelle aussi l'Union européenne à « fixer des objectifs européens et contraignants de réduction de l’usage des pesticides afin de nous en débarrasser à l’avenir ».

Qu'est-ce qu'une initiative citoyenne européenne ?

C'est une procédure instituée dans le traité de Lisbonne (2009). Une initiative citoyenne doit recueillir, en l’espace d’un an, au moins un million de signatures dans sept pays de l’UE, avec un nombre minimum dans chaque pays. La Commission dispose alors d’un délai de trois mois pour réagir. Elle peut ou non décider de donner suite et déclencher une procédure législative, et elle doit dans tous les cas motiver sa décision.

Le glyphosate, utilisé notamment dans le Roundup de Monsanto, a fait l’objet, en 2016, d'une longue bataille autour du renouvellement de sa licence au sein de l'Union européenne. A la fin juin, Bruxelles a finalement prolongé temporairement son autorisation jusqu’à la publication d’un nouvel avis scientifique au plus tard à la fin de 2017, tout en restreignant ses conditions d’utilisation.

Pour agir, signez là !

Publié dans Découvrir, agir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article